Accueil > Vie municipale > Principaux projets structurant > Vidéo protection

Vidéo protection

Raphaël le Méhauté, Préfet de la Haute-Vienne a, mardi 13 septembre, en personne, réceptionné la 1ère tranche des travaux d’installation de la vidéo protection.

L’occasion pour lui de se féliciter de cette initiative qui permet de rendre encore plus efficace le travail conjoint entre les deux polices, la nationale et la municipale. Depuis le 13 juillet dernier, 17 capteurs d’images ont été mis en service

« Nous avons suivi une logique de déploiement. On est parti du centre de surpervision qui est dans les locaux conjoints police nationale et police municipale, rue Sadi Carnot. Ces locaux sont situés sur l’axe principal de Panazol, l’axe traversant, la Départementale, ce qui nous a permis de traiter l’entrée de ville vers Limoges et de continuer le déploiement vers le quartier de Morpiénas, d’un côté et vers le centre bourg, de l’autre. Ce sont les axes les plus fréquemment empruntés. Il y a aussi dans notre réflexion la volonté d’équiper les lieux de forte occupation, comme, dans cette première tranche le parking Jules Ferry, près des stades, gymnases, structures publiques… Et dans la 2e tranche, la place du commerce et la place de la République. 

Les vidéos sont stockées 20 jours dans un local dédié, au bureau de police mutualisé et utilisables par le police nationale uniquement sur réquisition du Parquet dans le cadre d’une procédure judiciaires. Les 27 autres capteurs seront installés au cours du 1er semestre 2017.

« Nous terminerons la zone urbaine, puis nous attaquerons la zone rurale. Equiper l’urbain et le périurbain est un engagement. La problématique est pour moi la même, la cohérence du dispositif l’impose. Même si cela pose forcément parfois des complications techniques pour la mise en place. »

Coût total du dispositif : 244 000 € TTC, participation de l’Etat : 64 000 €